Jean-Pierre Formica puise son inspiration dans la culture méditerranéenne, travaille sur la mémoire, la trace, l’empreinte, l’accumulation, la sédimentation. Il se situe comme un médiateur entre la nature et le temps. Le travail de sculpture de sel exprime une œuvre en devenir. Cela conduit à l’idée de processus, une œuvre qui porte la marque de son savoir-faire et de sa propre fabrique, qui se fixe en un point mais comme pour indiquer qu’un mouvement la conduit vers un autre point, un autre état, une autre œuvre. Mouvement comme une horloge interne qui continue de “pointer” entre l’œuvre accomplie et l’œuvre à venir.

Partager