André PHAREL

  • Né en 1956 à Isle-sur-la-Sorgue, France
  • Vit et travaille à Lagnes, France

Photographe de petits paysages, André Pharel n’intervient dans un lieu que par son simple regard. Il le révèle alors, donnant à un espace minuscule et banal une soudaine grandeur et une réelle beauté. Broussailles, taillis et trous d’eau sont métamorphosés et deviennent soudain des événements chargés d’âme et de poésie. La quête de la transparence et de la profondeur, jusqu’à glisser dans l’abstraction d’un autre monde est un des axes majeurs de son travail photographique. Nourrie peut-être par la limpidité des eaux de la rivière natale, La Sorgue, elle témoigne d’une fascination pour le « voir à travers » qui provoque une transformation du rapport à la matière. Ce propos l’a entraîné vers une nouvelle conception de la mise en scène de l’image pour lui donner une dimension sculpturale. L’art du volume s’est imposé comme une résonance car il est espace, diversité des points de vue, mouvement. Ces aspects, dont la perception s’inscrit dans la temporalité sont en miroir avec la photographie, image furtive qui a été fixée. Mettre en scène celle-ci dans le volume lui restitue l’éphémérité de son essence.

  • Socle en acier, cubes en plexiglas,
    photographies, capot en plexiglas | 2011
  • 120 x 21 x 21 cm
    Collection Fondation Villa Datris – © Photo Tim Perceval

­Par ces images fixes s’animant par la simple circulation du spectateur, voici une œuvre installée dans un jeu de contrastes, entre ce qui change et ce qui demeure, entre ce qui dure et ce qui disparaît dans l’instant. Ce Jalon, sculpture de métal et plexiglas dans laquelle sont insérées des photographies, renvoie à une méditation sur le rapport au temps, au réel et à la création.

Partager