Alexis HAYÈRE

  • Né en 1988 à Paris, France
  • Vit et travaille à Issy-les-Moulineaux, France

Alexis Hayère a suivi une formation artistique à l’école nationale supérieure d’art de Dijon dont il sort diplômé en 2013. Ayant vécu à Issy avant ses études, il a choisi de s’y installer pour développer son activité d’artiste plasticien, tout en assistant des artistes expérimentés comme Nathalie Elemento, présente également dans la collection Fondation Villa Datris. En 2015, il a obtenu la bourse Révélations Emerige, qui récompense un jeune artiste plasticien émergent français. La même année, il a été exposé à la Fondation Villa Datris dans le cadre de l’exposition Archi-sculpture.


« Mon travail se développe autour du concept que toute forme construite de manière naturelle ou artificielle est architecture. Ces formes sont soumises à des forces terrestres, visibles ou non, et toutes régies par les mêmes lois. Ainsi toutes ces architectures ont le potentiel d’être mises au défi et révélées. Mes créations s’attachent à montrer les contraintes de l’œuvre sur elle-même, de l’œuvre sur l’espace et de l’espace sur l’architecture qui l’abrite. Ces travaux, de par leur composition, révèlent des forces de construction qui leur sont propres et dans le même temps, soulignent celle de l’espace où ils sont implantés. Ils se positionnent comme garants d’un tout. Ils ne sont plus uniquement œuvre sur un mur, mais aussi mur derrière une œuvre. L’espace devient lui même partie intégrante et indissociable de l’œuvre. »

Alexis Hayère
  • Bois et acier | 2014
  • 217 x 40 cm
    Collection Fondation Villa Datris – © Photo Pierre Guerville

« Les sculptures que je place dans l’encadrement des portes sont elles aussi impactées par celui-ci. À l’heure des standards où toutes les portes ont les mêmes dimensions, la sculpture est toujours la même… Mon but est également de faire réfléchir sur cet espace de transition qui n’a pas vocation à abriter une œuvre. Les lattes de bois sont cintrées et soumises à des forces, poussées à l’extrême de leur élasticité. »
Alexis Hayère

Share